Fédération Française de Cardiologie Bretagne

arsParce qu’en Bretagne on tarde à appeler le 15 en cas de douleur aiguë à la poitrine, les décès par infarctus restent trop nombreux. Face à ce constat, l’ARS Bretagne, la Fédération Française de Cardiologie et les partenaires (l’Assurance Maladie, la Mutualité Sociale Agricole, le Régime social des indépendants et la Mutualité française Bretagne) lancent une campagne de communication.

La Bretagne se place au premier rang des plus fortes mortalités régionales par cardiopathie ischémique*, avec les régions Normandie et Hauts de France. Pour y remédier, une campagne de communication à l'appel immédiat au 15 pour toute douleur thoracique de plus de 15 minutes est réalisée du lundi 27 novembre au dimanche 10 décembre 2017.

 

 

Son objectif ? :

sensibiliser les Breton(ne)s dès les premiers signes de douleurs à agir vite en appelant le 15.

Un seul réflexe : appeler le 15 ! L’infarctus du myocarde met en jeu immédiatement le pronostic vital (risque de mort subite par trouble du rythme ventriculaire) et est une urgence médicale. De plus, en cas d’infarctus aigu du myocarde, il faut désobstruer le plus rapidement possible l’artère coronaire responsable, dans les deux premières heures afin de limiter l’atteinte du muscle cardiaque et le risque de complications immédiates ou secondaires. Or, en Bretagne, 46% des patients victimes d’infarctus aigu du myocarde n’appellent pas le 15 en première intention et allongent ainsi les délais de prise en charge.

REAGISSEZ ET CLIQUEZ SUR LE LIEN CI-DESSOUS POUR OBTENIR DE PLUS AMPLES INFORMATIONS

https://www.bretagne.ars.sante.fr/infarctus-faites-le-15-le-temps-gagne-cest-du-coeur-sauve

Cet article publié  par Hélène Pedech sur France 3 Régions relate un  témoignage de Marc Robic et une interview du Professeur Hervé Le Breton (service cardiologie et maladies vasculaires du CHU de Rennes )

Cliquez sur le lien pour en savoir plus : Infarctus du myocarde : les Bretons doivent acquérir les bons réflexes.